Synthèse des causes

Aussi, en réponse aux questions posées sur le plan géophysique, le panel étudié révèle la présence dans les habitations de 592 courants d’eau et de 550 cheminées cosmo-telluriques, à eux seuls totalisant quasiment le tiers (33% exactement) des phénomènes identifiés.

Vient ensuite une tranche rassemblant 475 lignes de Hartmann négatives et 430 transformateurs électriques, soit 25 % des causes potentielles d’abaissement du taux vibratoire des habitations étudiées.

Les présences telluriques (398 failles et 369 courants) sont quant à elles évaluées à 21 % des éléments nocifs de cette étude. Les mémoires du sol, 357 sur les 1066 habitations sont, en nombre, une part relativement équivalente aux failles et courants telluriques avec leur 10 % du total analysé. Enfin nous retiendrons les effets notables des dispositifs électriques présents dans l’environnement proche de ces lieux de vie 291 lignes à haute tension  et  83 relais Télévision/téléphonique à hauteur de 10 % des éléments perturbateurs de taux vibratoire quantifiés.

On notera enfin que les traditionnels phénomènes géologiques connus des géobiologues  (courants d’eau – cheminées cosmo-telluriques – lignes Hartmann – courants telluriques – failles telluriques – mémoires des sols) qui représentent   (77 %) des nocivités constatées sur des lieux  sont abondés de nos jours  par un tiers de nouvelles perturbations dues aux ondes électromagnétiques…

Mentions légales